STAGES AOUT 2018

ÇA DANSE en AOÛT à LA GRANGE 

5 et 6 août : stage danse/poésie (pour enfants)

du 15 au 19 août : stage danse/massage (adultes, ados)

 ——————————————————————————————————————————-DSCN0014 - Copie (3)

 Stage enfants à partir de 5 ans

5 – 6 août 

Gisèle Gréau - chorégraphe, Mathilde Boudinet – conteuse

 On lit, on dit, on écrit, on danse la poésie 

2 journées consacrées à la rencontre entre la danse et la poésie

10h30/12h30 et 13h30/16h

lundi 6 -16h15 présentation aux parents puis goûter

Tarif : 60e+ 5e adhésion – date limite d’inscription 16 juillet

apporter son pique-nique à partager ensemble le midi

Mathilde Boudinet- conteuse

L’amour de raconter les histoires l’a poussée naturellement vers le conte. Après une formation de conteuse et différents stages, elle s’associe avec deux musiciens afin de créer des contes en musique. La cie La sorcière et ses petits pois, créée en 2014, revisite les contes au rythme des notes. Une autre dimension du conte sera donnée grâce à sa rencontre avec Gisèle Gréau, leur travail en commun permet de dessiner les mots à travers la danse avec une sensibilité complice. Mathilde est aussi libraire depuis plusieurs années, elle anime des ateliers d’écriture en librairie ou à l’école.

STAGE danse/massage

Odile Azagury – Gisèle Gréau – Sylvie Seidmann 

          du 15 au 19 août 2018 à la Grange du Grand Atelier

Un même thème de travail chorégraphique partagé entre 2 chorégraphes, c’est la proposition de ce stage dans lequel vous pourrez aussi pratiquer les massages.

Relation danse/musique – O. Azagury et G. Gréau

Danser sur de la musique est une chose qui peut sembler assez « normale » mais dès lors qu’on aborde la question des choix musicaux en danse, de nombreuses questions se posent.

Pourquoi et comment choisissons-nous une musique, en quoi elle nous stimule, à quelle référence fait-elle appel, qu’allons-nous chercher dans ce choix, le rythme, la mémoire, l’imaginaire, l’état ?

Est-ce la musique qui provoque le mouvement ou est-ce par le champ imaginaire qu’elle évoque que le mouvement advient ?

Si nous devions composer un événement chorégraphique et que nous le dansions sur un lieder de Malher, puis sur une musique contemporaine de Luc Ferrari, puis sur une chanson de Léonard Cohen ou sur un Oum, il serait surprenant de constater les différentes humeurs qui nous traversent pour l’interpréter .

Au travers de ce thème nous ferons donc différentes expériences comme écouter une ou plusieurs musiques puis, dans le silence, en interpréter une et laisser le groupe deviner sur laquelle nous sommes en train de danser. Nous prendrons le temps de décortiquer une œuvre musicale, de la décomposer, de voir à quels moments il serait bon de laisser un solo s’exprimer, ou un duo, ou un tutti, pour construire ensemble une dramaturgie à partir d’une œuvre musicale et en faire une chorégraphie. Nous chercherons ensemble à révéler dans quels univers le monde musical nous entraîne.

Et nous verrons aussi comment les 2 chorégraphes abordent ce thème, leurs différences, leurs similitudes.

Ce stage s’adresse à tous, il n’est pas nécessaisre de connaître la musique.

Atelier découverte du massage – S. Seidmann

Le toucher comme langage. Le toucher est un véritable langage, le premier que l’être humain contacte à sa naissance. Il est d’une grande richesse et se découvre, s’enrichit et se travaille en tant que tel.

Un temps d’atelier de 1h30 pour commencer la journée de stage, dédié à l’approche de différentes qualités de toucher : nous expérimenterons différentes qualités de toucher en relation avec quelques grands types de massage comme le massage californien (pressions glissées à l’huile), le shiatsu (pressions régulières sur les grands méridiens) ou le massage créatif (massage à 4 mains, intuitif).

Afin d’être dans les meilleures conditions pour donner ou recevoir un massage, respiration, travail d’ancrage et d’appuis, conscience de son corps et de celui de l’autre seront les préalables à la pratique du massage qui se fera à deux dans l’échange des rôles (masser, être massé).

Nous observerons comment le fait de recevoir un massage peu amener à de nouvelles qualités de mouvements, en termes de fluidité, d’ancrage, ou de confiance en ses ressentis profonds qui vont nourrir alors notre liberté d’inventer, et bien d’autres qualités que chacun pourra laisser émerger en lui, comme un nouvel espace d’expression.

 Cette approche sensible, dans la relation, pourra nourrir la thématique danse et musicalité des ateliers menés par les chorégraphes du stage.

Cet atelier s’adresse à tous. Prévoir une tenue souple, une couverture polaire, une serviette de grande taille, un tapis de yoga et de l’huile de massage (un tapis et une huile pour deux suffiront).

Horaires et répartition

 le 15 : 10h30 – accueil

11h/13h et 14h15/16h30 – danse

du 16 au 18 :

9h30/11h – massage

11h15/13h et 14h15/16h45 – danse

 le 19 :

9h30/11h – massage

11h15/12h45 et 14h/16h – danse

Danse : avec Gisèle les 15 et 17, avec Odile les 16 et 18, avec Odile et Gisèle le 19

Massage : avec Sylvie

Tarifs :

5 jours avec massages : 180e + 10e adhésion à l’association

5 jours sans massages : 145e + 10e adhésion à l’association

3 jours avec massages : 125e + 10e adhésion à l’association

date limite d’inscription 20 juillet

le lieu : Combort – 19230 BEYSSAC

inscription : 06 76 86 94 51 ou 06 31 53 70 63 – legrandatelier19@gmail.com

Odile Azagury - Chorégraphe, danseuse, directrice artistique et pédagogue

Originaire de Casablanca, Odile Azagury arrive à Paris en 1968 pour se former à l’Ecole Supérieure d’Etudes Chorégraphiques pendant 3 ans. Elle y fait un bel apprentissage, des rencontres décisives et obtient un diplôme de professeur de danse classique. Mais elle sait que sa route est ailleurs.

Elle intègre la Cie de Catherine Atlani «les ballets de la cité» où le travail collectif est déjà en vigueur, puis elle intègre le premier Groupe de Recherche de l’Opéra de Paris sous la houlette de Carolyn Carlson, c’est la révélation de la danse et du salariat. Avec ce maître elle découvre le travail d’improvisation, de composition, participe à des créations internationales et fait des rencontres extraordinnaires avec des musiciens comme Barre Philips, John Surman, Dieder Ficher, entre autres….

Au départ de Carolyn Carlson pour Venise, elle décide, avec Anne Marie Reynaud, de créer « le four solaire », collectif de création. Ce furent dix années de vie artistique intense, riche et passionnante.

Puis elle se lance dans un projet fou « Danseurs tous en Seine »  ou sans aucune audition, elle invite des chorégraphes, des plasticiens et des musiciens à occuper les berges de la Seine à Paris. Ainsi 400 artistes présenteront des propositions poétiques de 2 à 3 minutes chacune au public installé sur des bateaux-mouche navigant autour de l’Ile de la Cité.

En 1989, elle s’installe à Poitiers, crée sa compagnie « les clandestins ». Une vingtaine de créations verront le jour.

Aujourd’hui, elle continue à créer et travaille avec d’autres chorégraphes comme Thomas Lebrun, avec des metteurs en scène comme Jean Doucet ou Céline Agniel et elle invite des artistes singuliers à se produire dans son studio, l’Atelier Anna Weill, pour des soirées qu’elle nomme «les cabarets poétiques». Elle participe au développement de la danse contemporaine en milieu rural et péri-urbain à travers des créations professionnelles qui rassemblent artistes et amateurs et travaille régulièrement sur des projets collaboratifs : M’Armeet en 2017.

Sylvie Seidmann – Danseuse, chorégraphe, pédagogue, somatothérapeute

Après un parcours d’artiste chorégraphique avec les chorégraphes Jacques Patarrozzi, Maité Fossen, Jean Christophe Bleton, Anne Marie Reynaud (cie le Four solaire), et de co-auteure sur des projets pluridisciplinaires, elle crée ses propres projets au sein de la compagnie Zéphyr depuis 1997 en tant que chorégraphe installée à Rennes.

Parallèlement, elle dispense des sessions de formation pour futurs enseignants, mène des ateliers auprès d’adultes amateurs et professionnels, intervient en milieu scolaire; en milieu médical (IME, Centre pour jeunes autistes); en milieu carcéral.

Certifiée Danseur Intervenant en Milieu Scolaire en 1985, elle est diplômée d’état pour l’Enseignement de la Danse en 1999.

Sylvie Seidmann rencontre, au travers de sa pratique de danse contemporaine, des techniques corporelles de détente qu’elle approfondit en suivant une formation spécifique au massage de Bien Être, à la relation d’aide par le toucher et à la somatothérapie avec l’école ELÉMÉNTERRE de Gordes. Elle est certifiée en somatothérapie depuis 2012.

Gisèle et Sylvie se connaissent depuis l’adolescence, elles dansent ensemble à la MJC de Colombes où elles font leur formation puis dans le cadre d’un projet de création initié par Sylvie.

Gisèle et Odile se rencontrent en 1973, elles dansent toutes deux dans la cie Les ballets de la cité de 1973 à 1975 puis au sein du Four solaire de 1980 à 1983. Gisèle participe en tant que danseuse à 2 créations de la cie Les clandestins ainsi qu’à plusieurs événements chorégraphiques initiés par Odile.

Etrecultivet |
GDE ADELINA |
Piart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | JOLOQP
| Labutteauxcitrouilles
| carnet à dessin d' amé...